Accueil Santé Explication du lien entre le diabète de type 2 et les infections...

Explication du lien entre le diabète de type 2 et les infections urinaires

106
0

La baisse de l’immunitĂ© et les infections rĂ©currentes sont courantes dans le diabète de type 1 et de type 2. Des chercheurs de l’Institut Karolinska en Suède viennent de montrer que le système immunitaire des personnes diabĂ©tiques prĂ©sente des niveaux plus faibles de psoriasine, un peptide antimicrobien, qui compromet la barrière cellulaire de la vessie, augmentant ainsi le risque d’infection urinaire. L’Ă©tude est publiĂ©e dans Nature Communications.

Le diabète rĂ©sulte d’un manque d’insuline et/ou d’une diminution de l’action de l’insuline. L’insuline est une hormone qui rĂ©gule l’apport de glucose (sucre) et donc d’Ă©nergie aux cellules. Dans le cas du diabète de type 1, l’organisme cesse de produire de l’insuline, tandis que dans le cas du diabète de type 2, les cellules sont devenues moins sensibles Ă  l’insuline, ce qui contribue Ă  l’augmentation de la . Le diabète est une maladie courante qui affecte la santĂ© de nombreuses façons.

Il a notamment pour effet de compromettre le système immunitaire innĂ©, ce qui rend de nombreuses personnes plus sensibles aux infections courantes, telles que les infections des voies urinaires (IVU) causĂ©es par E. coli bactĂ©ries. Chez les personnes diabĂ©tiques, celles-ci sont plus susceptibles d’entraĂ®ner un empoisonnement gĂ©nĂ©ral du sang, la septicĂ©mie, qui prend naissance dans les voies urinaires.

Un antibiotique endogène

Des chercheurs du Karolinska Institutet ont étudié si les niveaux de glucose chez les personnes atteintes de diabète (type 1, type 2 ou prédiabète) sont liés à la psoriasine, un antibiotique endogène qui fait partie du système immunitaire inné.

Ă€ partir d’Ă©chantillons d’urine, de cellules de la vessie et de sĂ©rum sanguin provenant de patients, les chercheurs ont analysĂ© les niveaux de psoriasine et d’autres peptides nĂ©cessaires pour que la muqueuse de la vessie reste intacte et se protège des infections. Les rĂ©sultats ont ensuite Ă©tĂ© vĂ©rifiĂ©s sur des souris et des cellules de la vessie urinaire avec et sans infection.

« Nous avons constatĂ© que des concentrations Ă©levĂ©es de glucose rĂ©duisent les niveaux du peptide antimicrobien psoriasin, alors que l’insuline n’a aucun effet », explique Annelie Brauner, professeur au dĂ©partement de microbiologie, de biologie tumorale et cellulaire du Karolinska Institutet, qui a dirigĂ© l’Ă©tude. « Les personnes atteintes de diabète ont des niveaux plus faibles de psoriasine, ce qui affaiblit la fonction de barrière protectrice des cellules et augmente le risque d’infection de la vessie. »

L’Ĺ“strogĂ©nothĂ©rapie rĂ©duit la population bactĂ©rienne

Le groupe de recherche du professeur Brauner a prĂ©cĂ©demment montrĂ© que le traitement par Ĺ“strogènes restaure la fonction protectrice des cellules de la vessie chez l’homme et la souris et contribue ainsi Ă  rĂ©guler la rĂ©ponse immunitaire Ă  une infection urinaire. Les chercheurs ont donc testĂ© l’effet du traitement par Ĺ“strogènes sur les cellules infectĂ©es exposĂ©es Ă  des concentrations Ă©levĂ©es de glucose. Ils ont constatĂ© que le traitement augmentait les niveaux de psoriasine et rĂ©duisait les populations bactĂ©riennes, ce qui indique que le traitement pourrait avoir un effet Ă©galement chez les patients diabĂ©tiques.

Nous envisageons maintenant d’approfondir les mĂ©canismes sous-jacents des infections chez les personnes diabĂ©tiques. L’objectif ultime est de rĂ©duire le risque d’infection dans ce groupe de patients en pleine expansion. »

Soumitra Mohanty, auteur principal de l’Ă©tude, chercheur, Karolinska Institutet

L’Ă©tude a Ă©tĂ© menĂ©e en collaboration avec l’hĂ´pital universitaire Karolinska, la rĂ©gion de Stockholm, Capio et l’universitĂ© d’Uppsala en Suède et l’Universitätsklinikum Schleswig-Holstein en . Elle a Ă©tĂ© largement financĂ©e par la Fondation Olle Engkvist, RĂ©gion de Stockholm (financement ALF), la Fondation KI pour la recherche, la SociĂ©tĂ© suĂ©doise de mĂ©decine, la SociĂ©tĂ© suĂ©doise pour la recherche mĂ©dicale (SSMF), la Fondation Clas Groschinsky Memorial, la Fondation Ă…ke Wiberg et la Fondation Magnus Bergvall. Aucun conflit d’intĂ©rĂŞt n’a Ă©tĂ© signalĂ©.

Source :

Référence du journal :

Mohanty, S., et al. (2022) Le diabète rĂ©gule Ă  la baisse le peptide antimicrobien psoriasine et augmente la charge d’E. coli dans la vessie urinaire. Nature Communications. doi.org/10.1038/s41467-022-32636-y.

Article précédentWindows 11 vous donne enfin des raisons de vous mettre à niveau
Article suivantLe roi Charles surprend l’immense file d’attente londonienne pour le cercueil de la Reine | Regardez les photos