Accueil Internationales Exercices navals américano-japonais intensifs en mer des Philippines : la Chine envoie...

Exercices navals américano-japonais intensifs en mer des Philippines : la Chine envoie 39 avions militaires dans la zone de défense aérienne de Taïwan PHOTO

80
0

Des exercices militaires de grande envergure – une véritable démonstration de force – ont été organisés samedi par les États-Unis et le Japon en mer des Philippines. Un jour après les exercices, la Chine a envoyé 39 avions militaires dans la zone d’identification de la défense aérienne de Taïwan, rapporte CNN.

Les exercices militaires américano-japonais ont eu lieu dans la mer des Philippines, dans l’océan Pacifique, à l’est de Taïwan, entre l’île démocratiquement autonome et les territoires administrés par les États-Unis de Guam et des îles Mariannes du Nord. Les États-Unis ont déployé une flottille composée de deux porte-avions, deux navires d’assaut amphibies, deux croiseurs à missiles guidés et cinq destroyers.

Les exercices maritimes réaffirment l’engagement en faveur d’un #FreeandOpenIndoPacific et visent à assurer la protection et le maintien d’une région Indo-Pacifique libre et ouverte à la navigation, a commenté l’US Navy sur son compte Twitter.

Les raids chinois de dimanche comprenaient 24 avions de chasse J-16, 10 avions de chasse J-10, deux avions de transport Y-9, deux avions d’alerte anti-sous-marins Y-8 et un bombardier H-6, a indiqué le ministère de la Défense de Taïwan.

Il s’agit de la plus importante incursion chinoise de cette année depuis celle du 4 octobre de l’année dernière, lorsque 56 avions militaires ont survolé la zone en une seule journée.

Lire aussi :  Moscou menace que les agressions contre la Russie ne resteront pas sans réponse : L'Occident doit cesser de "tester notre patience"

Bien que les incursions chinoises de dimanche aient probablement été une réaction à l’importante présence navale américano-japonaise, elles ont également servi un autre objectif, a observé Collin Koh, chercheur à la S. Rajaratnam School of International Studies de Singapour.

« Cela fait sans aucun doute partie de la campagne plus large de Pékin visant à éroder la volonté et la capacité de Taïwan à continuer à résister », a expliqué M. Koh.

Il a cité en exemple le récent crash de l’un des meilleurs avions de chasse de Taïwan, un F-16V, et l’impact négatif sur l’armée de l’air de l’île pour répondre aux incursions militaires chinoises persistantes dans la zone de défense de Taïwan.

« Certains politiciens et officiers militaires à la retraite (à Taïwan) ont soulevé la question d’une éventuelle pénurie de pilotes et d’une formation insuffisante face aux exigences opérationnelles nécessaires pour répondre aux fréquents survols de l’APL », a ajouté Koh.

Cet incident et ces déclarations « pourraient susciter l’inquiétude de la population quant à la capacité de l’île à tenir bon face aux défis militaires répétés et croissants du continent », d’autant plus que Pékin a promis de poursuivre ses incursions, a-t-il ajouté.

« Le dernier vol important, s’il vise clairement la démonstration de force des Alliés en mer des Philippines, aura certainement un effet de renforcement délibéré sur les débats en cours à Taïwan », a déclaré M. Koh.

Lire aussi :  Le ministre turc des Affaires étrangères affirme avoir demandé l'aide de la Russie pour évacuer les Turcs de la mosquée de Mariupol.

Carl Schuster, ancien directeur des opérations du centre de renseignement conjoint du commandement américain dans le Pacifique, a déclaré que la Chine tentait de maintenir Taïwan dans une situation de déséquilibre et de fatigue en envoyant des formations d’avions sur l’île depuis des bases continentales plus éloignées.

Il a également déclaré que les exercices navals américano-japonais envoyaient un message à la Chine, non seulement à propos de Taïwan, mais aussi des actions de Pékin en mer de Chine méridionale et près des îles Senkaku contrôlées par le Japon, que la Chine revendique comme faisant partie de son territoire souverain.

Les îles sont plus proches de Taïwan que de Tokyo, et les navires chinois sont présents près d’elles en permanence depuis des mois, a déclaré le ministre japonais de la défense à CNN l’automne dernier.

Les États-Unis affirment que les îles Senkaku relèvent du traité de défense mutuelle américano-japonais, qui oblige Washington à les défendre comme toute autre partie du territoire japonais.

M. Schuster a déclaré que si le grand exercice naval envoie certainement un message à Pékin, sa localisation signifie qu’il n’est pas excessivement provocateur.

La mer des Philippines se situe en dehors de ce que l’on appelle la première chaîne d’îles, dont les eaux sont largement revendiquées par la Chine. M. Schuster a déclaré que le maintien des exercices navals américano-japonais en dehors de la chaîne montre qu’il n’y a pas de menace pour la Chine continentale.

Article précédentYouTube va soutenir les NFT
Article suivantL’acteur George Burcea condamné pour conduite sous l’influence de drogues
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !