Accueil Economie eToro : Le conflit international devient le plus grand risque pour les...

eToro : Le conflit international devient le plus grand risque pour les investisseurs individuels en Roumanie

680
0

Les conflits internationaux se sont hissĂ©s au sommet de la liste des risques pour les investisseurs individuels, dĂ©passant l’inflation, tandis que l’invasion de l’Ukraine par la Russie a provoquĂ© des ondes de choc sur les marchĂ©s financiers mondiaux.

Près de la moitiĂ© (48%) des investisseurs restent prĂ©occupĂ©s par l’impact de l’ sur les investissements, suivi par l’Ă©tat de l’Ă©conomie mondiale (47%), l’Ă©conomie roumaine (34%) et la hausse des taux d’intĂ©rĂŞt (19%).

Ben Laidler, stratège des marchĂ©s mondiaux d’eToro, commente : « Les Ă©vĂ©nements tragiques en reprĂ©sentent un triple coup dur pour les investisseurs, une combinaison toxique d’une incertitude accrue sur le marchĂ©, d’une inflation Ă©levĂ©e due Ă  la hausse des prix des matières premières et d’une croissance Ă©conomique plus faible en raison des problèmes de sanctions. »

Plus de la moitiĂ© des Roumains interrogĂ©s (55%) se sont repositionnĂ©s en fonction de ces risques, 42% ont l’intention d’investir toujours la mĂŞme somme d’argent au cours des 12 prochains mois, et 36% ont l’intention d’investir moins. Toutefois, si la volatilitĂ© accrue est un environnement difficile Ă  gĂ©rer pour tout investisseur, la majoritĂ© des personnes interrogĂ©es restent confiantes dans leurs portefeuilles (79 %).

« L’histoire montre que la gĂ©opolitique n’a souvent pas d’impact durable sur les marchĂ©s mondiaux. Les fondamentaux restent solides, avec des bĂ©nĂ©fices d’entreprise en hausse, des Ă©conomies qui rouvrent après la pandĂ©mie, des valorisations d’actions de sociĂ©tĂ©s dĂ©sormais moins chères et des marchĂ©s qui s’attendent dĂ©sormais Ă  ce que les banques centrales relèvent sensiblement leurs taux d’intĂ©rĂŞt », ajoute M. Laidler.

« Les plus tolĂ©rants au risque, y compris de nombreux jeunes investisseurs qui ont beaucoup de temps avant la retraite, devraient se souvenir du principe d’investissement « soyez avide quand les autres sont craintifs », ce qui signifie que les investisseurs peuvent souvent bĂ©nĂ©ficier d’une approche Ă  contre-courant en temps de crise. »

Lire aussi :  Les États-Unis vont autoriser Eni et Repsol Ă  livrer du pĂ©trole vĂ©nĂ©zuĂ©lien Ă  l'Europe pour pallier le manque de pĂ©trole russe

Ă€ l’Ă©chelle mondiale, la capacitĂ© des investisseurs individuels Ă  se projeter dans l’avenir et Ă  dĂ©passer la volatilitĂ© Ă  court terme se traduit par leur engagement envers les thèmes d’investissement Ă  long terme qu’ils envisagent. 38 % voient des opportunitĂ©s dans les technologies propres (contre 37 % au dernier trimestre), la transformation numĂ©rique (32 %, contre 33 %), les crypto-monnaies et les paiements numĂ©riques (26 %, contre 22 %), la robotique et l’automatisation (25 %, contre 24 %), et le vieillissement de la population (24 %, contre 23 %). Les thèmes d’investissement Ă  long terme prĂ©fĂ©rĂ©s des investisseurs roumains sont la transformation numĂ©rique (46 %), suivie par les crypto-monnaies et les paiements numĂ©riques (42 %), les technologies propres (37 %) et la robotique et l’automatisation (37 %).

Callie Cox, analyste d’investissement amĂ©ricain chez eToro, commente : « Lorsque les marchĂ©s sont volatils et que le monde traverse une crise humanitaire aussi terrible, cela vaut peut-ĂŞtre la peine de prendre du recul et de rĂ©flĂ©chir Ă  ce qui est Ă©motionnel et ce qui est fondamental. Si vous prenez un peu de recul, vous verrez que la sociĂ©tĂ© est rĂ©siliente. Les marchĂ©s ont dĂ©montrĂ© Ă  maintes reprises leur capacitĂ© Ă  rebondir.

L’absence de repositionnement parmi les portefeuilles de bricolage suggère que certains investisseurs peu enclins au risque commencent Ă  envisager la stratĂ©gie consistant Ă  investir rĂ©gulièrement un montant fixe sur les marchĂ©s pour attĂ©nuer la forte volatilitĂ© et s’assurer de ne pas manquer une Ă©ventuelle reprise. »

Lire aussi :  La sĂ©cheresse assèche le maĂŻs dans la majeure partie de l'Europe : les trois quarts de la Roumanie sont touchĂ©s. L'Allemagne de l'Est pourrait perdre toute sa rĂ©colte

La montĂ©e des tensions gĂ©opolitiques a conduit certains investisseurs particuliers Ă  privilĂ©gier les marchĂ©s nationaux par rapport aux investissements Ă  l’Ă©tranger et Ă  se rĂ©fugier dans des actifs qu’ils connaissent mieux. Globalement, 51% (35% en Roumanie) des rĂ©pondants investissent actuellement dans des actions nationales, contre 28% (31% en Roumanie) dans des actions internationales. Lorsqu’on leur demande quelle est la raison la plus importante pour laquelle ils prĂ©fèrent les actions locales, 45% des personnes interrogĂ©es (48% en Roumanie) dĂ©clarent avoir une meilleure comprĂ©hension des marchĂ©s nationaux, tandis que 21% (16% en Roumanie) estiment que les marchĂ©s Ă©trangers sont trop risquĂ©s en raison de l’instabilitĂ© politique et des fluctuations monĂ©taires.

« Les risques d’investissement et Ă©conomiques Ă©tant considĂ©rĂ©s comme Ă©levĂ©s, certains cherchent Ă  diversifier davantage leurs portefeuilles. Pour les 28 % de rĂ©pondants mondiaux qui investissent actuellement dans des actions internationales, ils considèrent cette allocation comme un moyen d’accroĂ®tre la diversification du portefeuille (35 %) et de s’exposer Ă  diffĂ©rents secteurs, tels que la technologie amĂ©ricaine (12 %) », conclut M. Laidler.

L’Ă©tude a Ă©tĂ© menĂ©e par Opinium du 10 au 23 mars 2022 sur un Ă©chantillon de 8 500 investisseurs individuels dans 12 pays – 1 000 chacun au , aux , en et en France, et 500 investisseurs individuels en , en , aux Pays-Bas, au Danemark, en Australie, en Pologne, en Roumanie et en RĂ©publique tchèque. Les investisseurs individuels ont Ă©tĂ© dĂ©finis comme des personnes autogĂ©rĂ©es ou conseillĂ©es qui possèdent au moins un produit d’investissement, notamment des actions, des obligations, des fonds, un compte d’Ă©pargne individuel (ISA) pour les investissements ou Ă©quivalent. Il n’Ă©tait pas nĂ©cessaire qu’ils soient des utilisateurs d’eToro.

Article prĂ©cĂ©dentLes États-Unis n’ont pas l’intention de restituer les biens saisis aux hommes d’affaires russes.
Article suivantRazvan Lucescu, furieux après Marseille – PAOK : « Une honte ! Ils feraient mieux de ne pas venir Ă  nous »
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !