Accueil Divertissements Arts Des chefs-d’œuvre de la peinture chinoise seront exposés pour la première fois...

Des chefs-d’œuvre de la peinture chinoise seront exposés pour la première fois en Europe à Paris

174
0

Cent chefs-d’œuvre de la peinture chinoise ancienne réalisés par des maîtres des dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1644-1912) sont exposés pour la première fois au Musée Cernuschi à Paris jusqu’au 6 mars, rapporte l’AFP.

Les œuvres, des encres noires parfois agrémentées de pigments bleus, verts ou roses et encadrées de calligraphies peintes sur des rouleaux de papier de soie, sont « l’équivalent des chefs-d’œuvre de la Renaissance italienne pour les Européens », a expliqué à l’AFP Eric Lefebvre, directeur du musée et commissaire de l’exposition avec Maël Bellec.

Le thème récurrent est celui des paysages en grands formats hiérarchisés entre ciel et terre : des sommets des montagnes aux profondes fentes du relief sur lesquelles les arbres feuillus ou épineux s’élèvent à l’infini ou se tordent entre les cascades. Les personnages sont souvent représentés en miniature, sur une route ou un pont.

Lire aussi :  The Somatist, The Entropist & The Skeptic - le projet qui mêle l'art et la science lance un appel à candidatures pour les "Art Clinical Tests".

Ces œuvres d’art ont été rassemblées par le collectionneur Ho lu-kwong (1907-2006) avant d’être données au Hong Kong Museum of Art en 2018, coorganisateur de l’exposition. Ho a intitulé sa collection Chih Lo Lou, « le pavillon du bonheur parfait ».

Ils témoignent d’un moment clé de l’histoire chinoise entre le milieu du 15e siècle et le début du 18e siècle, une période marquée par une « profonde rupture historique et une alternance dynastique », selon Lefebvre. Trois siècles qui suivent l’ascension et le déclin progressif de la dynastie Ming, la prise de Pékin par les rebelles en 1644, l’avancée des forces du peuple mandchou au sud de l’empire et l’établissement de la nouvelle dynastie Qing.

Lire aussi :  Le présent rencontre le futur. Le grand violoniste Gezalius, dans un récital extraordinaire à l'Athénée roumain

Intitulé « Peindre hors du monde », ce voyage emprunte l’itinéraire des « lettres » et des moines chinois qui aspirent à se retirer dans les forêts et les montagnes pour échapper aux incertitudes de la vie mandarinale et aux tourments de la chute de l’empire.

Article précédentLe chef de l’AIE accuse la Russie d’aggraver la crise du gaz en Europe. Baisse de 25% des livraisons au dernier trimestre de 2021
Article suivantUn avatar de robot va à l’école à la place d’un garçon malade en Allemagne
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !