Dérouler le tapis vert pour l’environnement : les toitures végétalisées

0 56

Dans le cadre des « villes durables » de nombreuses initiatives sont mises en œuvre notamment en faveur de la biodiversité. La biodiversité, le sujet le plus discuté lors du Sommet de la Terre pour le Développement Durable mené à Rio en 1992. Le maintien des espèces et des milieux qui trouvent aujourd’hui un écho positif. Et pour cause, ils sont au cœur des programmes « Trame Verte Urbaine » menés localement au sein des territoires. Et, Paris qui figure en tête au palmarès des villes les plus polluées en France participe à la réduction de son empreinte écologique. Les actions sont nombreuses pour faire la part belle à la biodiversité dans la capitale. De nombreuses « éco-actions » sont d’ailleurs mises en avant comme le fait d’entretenir de manière écologique les espaces verts, de privilégier la culture des plantes sauvages, de proposer une alimentation responsable dans les restaurants, d’éco-aménager et de décorer les commerces notamment, retrouver la nature en ville est devenu un leitmotiv. Et si les toits de Paris sont devenus des refuges pour les pollinisateurs, la ville se mobilise aussi pour les rendre plus verts. À défaut de pouvoir développer des trames vertes dans le plancher des vaches, rien de tel que de prendre de la hauteur en favorisant les toitures végétalisées. Gros plan sur des toitures pas comme les autres. 

Un aménagement du territoire responsable

Le toit, surface supérieure d’un bâtiment a pour fonction de protéger les biens et les personnes des intempéries, mais aussi d’assurer leur bien-être en évitant les déperditions de chaleur. Et, si le toit a également une fonction décorative, il étend son domaine de compétence pour répondre aux préoccupations environnementales du moment. Si les toits servent de support parfait pour récupérer une partir du rayonnement solaire pour le transformer en électricité, la mise en place d’une terrasse ou d’une toiture végétalisée à Paris impacte favorablement sur la biodiversité. Et pour cause, l’impact de la perte de la biodiversité sur l’Humanité est inquiétant. Baisse de la productivité des cultures, des plantations, des pêcheries, modification du climat notamment, la perte de biodiversité affecte la stabilité des écosystèmes, ceux-là mêmes qui nous abritent, nous nourrissent. Ces espaces de naturalité permettent alors le flux des espèces animales et végétales. 

Les conseils avant de se lancer

Végétaliser les toitures permet alors de répondre aux attentes en matière d’écologie et de développement durable. Et, pour sauvegarder et favoriser la biodiversité, tout en améliorant la qualité environnementale et sociale des lieux, il y quelques règles à respecter. Qu’il s’agisse d’une administration, d’un particulier, d’une entreprise, il convient de se rapprocher d’une entreprise spécialisée dans les toitures végétalisées. Tous les toits peuvent se mettre au vert pour autant, il est important de s’en remettre à des experts. Et pour cause, il faut s’assurer que l’étanchéité soit optimale et que la structure puisse supporter le poids du projet. En effet, de la simple installation d’un tapis de plantes adaptées au milieu (exposition, hydrométrie, région, climat) à la création d’un potager, il y en a pour tous les goûts. Le Palais de justice de Paris a quant à lui choisi d’opter pour un lieu de vie avec un cheminement et des salons d’été. À l’image de tous les projets en matière d’aménagement, il faut s’assurer que celui qui est choisi convienne en termes de coût, d’entretien aussi. 

Puisque les villes manquent de place pour créer des espaces verts, rien de tel que se laisser tenter par la végétalisation des toitures. Quels qu’ils soient, ces toits végétalisés présentent de nombreux avantages bien au-delà de préserver la biodiversité : ils drainent l’eau de pluie, limitent le ruissellement, fixent les poussières atmosphériques et absorbent les polluants, rafraîchissent la température des villes et agissent comme un régulateur thermique naturel. Depuis quelques années, le phénomène de végétalisation prend de l’ampleur. Les scandinaves, les Japonais y ont recours depuis longtemps !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.