Accueil Dernières minutes ! COVID-19 – L’Australie signale le premier décès causé par la variante Omicron

COVID-19 – L’Australie signale le premier décès causé par la variante Omicron

58
0

L’Australie a signalé lundi le premier décès causé par la nouvelle variante Omicron du virus SRAS-CoV-2 dans un contexte d’augmentation des infections, mais les autorités centrales ont décidé de ne pas imposer de nouvelles restrictions, les taux d’hospitalisation restant à des niveaux faibles, rapporte Reuters, selon Agerpres.

Ce décès, celui d’un octogénaire souffrant d’une maladie préexistante, marque un nouveau seuil sombre pour l’Australie, qui a été contrainte d’abandonner une partie de sa stratégie de réouverture progressive après près de deux ans de fermeture en raison de la récente recrudescence de la pandémie de coronavirus.

La variante Omicron, qui, selon plusieurs experts de la santé, semble être plus contagieuse mais moins virulente que les souches précédentes, a commencé à se propager en Australie au moment où le pays a commencé à assouplir les restrictions sur la plupart de ses frontières intérieures et à autoriser les citoyens australiens à revenir de l’étranger sans être mis en quarantaine. Mais ces mesures ont porté le nombre d’infections par le nouveau coronavirus au niveau le plus élevé depuis la pandémie.

Les autorités australiennes n’ont pas fourni de détails supplémentaires sur ce décès causé par la variante Omicron, se contentant de dire que l’homme avait contracté le virus dans une maison de retraite et était décédé dans un hôpital de Sydney.

Lire aussi :  Vaccin contre le sida à base d'ARN messager : les résultats étonnent les experts

« Il s’agit du premier décès connu en NSW associé à la variante inquiétante Omicron », a déclaré Christine Selvey, épidémiologiste à NSW Health, dans un message vidéo publié par le gouvernement australien.

La veille, sept décès associés au COVID-19 ont été signalés en Australie. À l’échelle nationale, 10 186 nouvelles infections ont été confirmées, soit le premier bilan quotidien à dépasser le seuil des 10 000 depuis le début de la pandémie. La plupart des infections ont été détectées dans les États de la Nouvelle-Galles du Sud et de Victoria.

« Même si nous constatons une augmentation du nombre de cas (…), nous ne voyons pas l’impact sur le système hospitalier », a déclaré Annastacia Palaszczuk, première ministre de l’État australien du Queensland, qui a signalé 784 nouveaux cas et quatre hospitalisations.

Après que le temps d’attente pour passer un test COVID-19 est passé à six heures pour les personnes espérant répondre aux exigences actuelles pour voyager entre les États australiens, Annastacia Palaszczuk a défendu la décision des autorités du Queensland de rendre le test obligatoire dans l’État touristique, en déclarant que « tout le monde savait déjà que lorsqu’ils réservaient un billet pour venir ici, ils devraient passer un test PCR » .

Lire aussi :  GRATUIT MAINTENANT, 2 ans en Roumanie. Enregistrement du montant reçu par un chauffeur et de la distance parcourue par le client le plus fidèle

Toutefois, elle a déclaré que le Queensland envisageait un éventuel assouplissement de l’obligation de dépistage pour les visiteurs nationaux. La Tasmanie, un autre État touristique d’Australie, a annoncé qu’elle envisageait de modifier sa réglementation en matière de tests pour les voyageurs frontaliers.

Au niveau national, l’augmentation des infections a affecté les ressources allouées aux programmes de dépistage. La clinique de dépistage SydPath à Sydney a confirmé la veille qu’elle avait informé par erreur 400 personnes séropositives que leur test de dépistage du COVID-19 était négatif dans les jours précédant Noël. Lundi, la même clinique a découvert qu’elle avait envoyé des résultats erronés à un autre groupe de 995 personnes.

Jusqu’à présent, les autorités australiennes ont évité d’imposer un nouveau confinement à la suite de l’augmentation du nombre d’infections, mais ont réimposé certaines restrictions. Lundi, l’État du NSW a décidé de rendre à nouveau obligatoire la présentation de codes QR permettant d’accéder à des lieux publics, et de nombreux États australiens ont réimposé l’obligation de porter un masque sanitaire dans les lieux publics fermés.

Les autorités australiennes ont également réduit l’intervalle pour l’administration de la dose de rappel du vaccin COVID-19 de six mois à quatre mois et envisagent de le réduire à trois mois.

Article précédentSteven Seagal, impliqué dans plusieurs scandales sexuels. Ce que dit une personne proche de la star de « Proie difficile ».
Article suivantLes États-Unis. La deuxième capsule temporelle de a été découvert dans la base d’une statue d’un général confédéré
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !