Accueil Dernières minutes ! Internationales Comment les fake news sur Facebook ont alimenté la crise des migrants

Comment les fake news sur Facebook ont alimenté la crise des migrants

52
0

Des promesses non fond√©es sur les m√©dias sociaux, en particulier Facebook, ont exacerb√© la crise des migrants √† la fronti√®re polonaise, agissant comme un acc√©l√©rateur apr√®s que Loukachenko a assoupli le r√©gime des visas pour les Irakiens. Les charlatans, d√©sireux de se faire remarquer en tant qu’influenceurs ou ceux qui diffusent de fausses informations dans l’intention d’aider – les migrants se sont accroch√©s √† tout espoir et √† toute main secourable.

Mohammad Faraj, 35 ans, un Kurde irakien, est retourn√© dans le camp glac√© et puant √† la fronti√®re entre le Belarus et la Pologne apr√®s avoir regard√© avec espoir et excitation une vid√©o Facebook affirmant que la Pologne ouvrirait ses fronti√®res d√©but novembre : ceux qui veulent entrer dans l’UE doivent se rendre √† une station-service situ√©e √† c√īt√© d’un camp surnomm√© ¬ę¬†la jungle¬†¬Ľ.

Tromp√©, Faraj a pass√© dix jours de plus √† la fronti√®re, dont il a d√©crit la sc√®ne comme ¬ę¬†sortant d’un film d’horreur¬†¬Ľ.

Les réseaux sociaux, et en particulier Facebook, ont donné un élan vital aux mouvements du régime de Loukachenko et des forces de sécurité biélorusses qui poussent les migrants à franchir la frontière Рmais ils ont aussi été un catalyseur imprévisible des illusions des migrants qui sont devenus la proie des promesses vides et des tromperies de toutes sortes de profiteurs et de charlatans.

Certains sont motiv√©s par le profit, d’autres par l’attention qu’ils re√ßoivent en tant qu’influenceurs en ligne ou par un v√©ritable d√©sir d’aider, mais pas moins fourbes.

Faraj, qui a depuis √©t√© transf√©r√© dans un immense entrep√īt situ√© √† proximit√© avec 2 000 autres personnes, affirme que les fausses nouvelles diffus√©es sur Facebook ¬ę¬†ont d√©vers√© de la boue sur nos t√™tes et ruin√© nos vies¬†¬Ľ.

L’activit√© sur les comptes Facebook en arabe et en kurde li√©s √† la migration √† travers le Belarus est mont√©e en fl√®che depuis juillet, indique Monika Richter, coordinatrice de recherche chez Semantic Visions, une soci√©t√© de renseignement qui a suivi l’activit√© des m√©dias sociaux tout au long de la crise.

¬ę¬†Facebook a exacerb√© cette crise humanitaire¬†¬Ľ, dit-elle.

Les passeurs ont ouvertement fait la promotion de leurs services sur Facebook, notamment par le biais de témoignages vidéo de migrants ayant réussi à franchir la frontière allemande via le Belarus et la Pologne.

Dans l’une de ses publications, un passeur faisait la promotion de ¬ę¬†voyages quotidiens de Minsk en Allemagne, √† seulement 20 km √† pied¬†¬Ľ. Le 19 octobre, quelqu’un a pr√©venu que le voyage ¬ę¬†ne convient pas aux enfants en raison du froid¬†¬Ľ. Un autre passeur portant le nom d’utilisateur ¬ę¬†Visa Visa¬†¬Ľ organisait des voyages vers l’Allemagne depuis la Bi√©lorussie via la Pologne – un voyage de 8 √† 15 heures, mais il a pr√©venu : ¬ę¬†N’appelez pas si vous avez peur¬†¬Ľ.

Lire aussi :  Le Japon acc√©l√®re la course aux armements par crainte d'un conflit militaire avec la Chine

Vendredi dernier, malgr√© l’exp√©rience am√®re de tant de promesses qui se sont av√©r√©es fausses, une vague d’excitation a balay√© les personnes d√©courag√©es entass√©es dans l’entrep√īt apr√®s que des informations sur les m√©dias sociaux aient indiqu√© qu’il √©tait encore possible d’entrer en Europe – pour quiconque √©tait pr√™t √† payer 7 000 dollars √† un guide qui pr√©tendait conna√ģtre un itin√©raire facile pour traverser la fronti√®re entre le Belarus et la Pologne et passer les rangs massifs de soldats et de gardes-fronti√®res polonais de l’autre c√īt√©.

Rekar Hamid, un ancien professeur de math√©matiques du Kurdistan irakien, qui avait d√©j√† pay√© environ 10 000 dollars √† des agences de voyage en Irak pour un ¬ę¬†forfait¬†¬Ľ cens√© les emmener, lui, sa femme et son jeune enfant en Europe, a rejet√© avec m√©pris la derni√®re offre comme une nouvelle arnaque. ¬ę¬†Ils n’arr√™tent pas de dire que la porte s’ouvre, mais regardez o√Ļ nous sommes tous maintenant¬†¬Ľ, a-t-il dit, en montrant du doigt une masse de personnes recroquevill√©es sur le sol en b√©ton.

Musa Hama, un autre Kurde irakien arriv√© dans l’entrep√īt, a d√©plor√© qu’aucune v√©rification des faits n’emp√™chera les gens de s’accrocher au moindre fil d’espoir offert par Facebook. ¬ę¬†Les gens sont d√©sesp√©r√©s, alors ils croient n’importe quoi¬†¬Ľ, a-t-il dit.

Tout s’est pr√©cipit√© au d√©but de l’ann√©e lorsque l’ancienne r√©publique sovi√©tique autoritaire a assoupli ses politiques strictes en mati√®re de visas pour certains pays, notamment l’Iraq, dans un effort apparent pour stimuler le tourisme √† un moment o√Ļ la plupart des Occidentaux restaient sur la touche apr√®s la r√©pression brutale men√©e par M. Loukachenko en r√©ponse √† des √©lections pr√©sidentielles contest√©es.

Sentant une opportunit√© commerciale lucrative, les entreprises touristiques de la r√©gion semi-autonome du Kurdistan irakien ont commenc√© √† faire de la publicit√© sur Facebook et d’autres plateformes √† propos de la disponibilit√© de visas pour le Belarus. Les contrebandiers ont utilis√© les m√©dias sociaux pour pr√©senter le Belarus comme une porte de sortie facile vers l’Europe.

Depuis juillet, Semantic Visions a identifi√© des dizaines de groupes Facebook cr√©√©s pour partager des informations sur les routes migratoires et utilis√©s par les passeurs pour faire de la publicit√©. Un groupe priv√© intitul√© ¬ę¬†Migration des hommes forts bi√©lorusses vers l’Europe¬†¬Ľ a explos√©, passant de 13 600 membres d√©but septembre √† environ 30 000 aujourd’hui, selon Semantic Visions. Un autre groupe, ¬ę¬†Belarus Online¬†¬Ľ, est pass√© de 7 700 √† 23 700 membres au cours de la m√™me p√©riode. Sur Telegram, des cha√ģnes consacr√©es √† la Bi√©lorussie comme route vers l’Europe ont √©galement attir√© des milliers de membres.

¬ę¬†Nos r√©sultats r√©v√®lent la mesure dans laquelle les plateformes de m√©dias sociaux – en particulier Facebook – ont √©t√© utilis√©es comme un march√© de facto pour la contrebande vers l’Union europ√©enne¬†¬Ľ, a conclu Semantic Visions dans un r√©cent rapport qui a circul√© parmi les fonctionnaires de l’Union europ√©enne.

Lire aussi :  ALERTE La Suisse valide le certificat sanitaire covid-19 par r√©f√©rendum (estimations)

¬ę¬†Facebook ne prend pas sa responsabilit√© au s√©rieux et comme cons√©quence directe de cela, nous voyons des personnes d√©sesp√©r√©es dans le froid, dans la boue, dans la for√™t en Bi√©lorussie, dans une situation d√©sesp√©r√©e, tout cela parce qu’elles croient les fausses informations qui leur ont √©t√© transmises par Facebook¬†¬Ľ, a d√©clar√© Jeroen Lenaers, membre du Parlement europ√©en des Pays-Bas, chef de la commission l√©gislative charg√©e des questions de migration.

¬ę¬†Le passage clandestin de personnes √† travers les fronti√®res internationales est ill√©gal, et les publicit√©s, messages, pages ou groupes qui fournissent, facilitent ou coordonnent cette activit√© ne sont pas autoris√©s sur Facebook. Nous supprimons ce type de contenu d√®s que nous en prenons connaissance¬†¬Ľ, a d√©clar√© la soci√©t√© dans un communiqu√© envoy√© par courrier √©lectronique.

Un influenceur kurde-allemand connu en ligne sous le nom de Karwan Rawanduzy, une figure populaire parmi les migrants potentiels vers l’Europe, promeut fr√©quemment de fausses histoires dans ses vid√©os, comme l’affirmation selon laquelle la Pologne ouvrirait sa fronti√®re d√©but novembre.

Les publications en direct de Rawanduzy sur sa page Facebook appel√©e Kurdisch News comptaient plus de 100 000 adeptes avant qu’elle ne soit d√©sactiv√©e en novembre apr√®s, explique l’influenceur, qu’un politicien polonais l’ait publiquement accus√© de contribuer √† alimenter la crise. La page contenait √©galement des vid√©os soumises par des migrants affam√©s et pris le long de la fronti√®re.

Contact√© par t√©l√©phone √† Hambourg, en Allemagne, M. Rawanduzy a d√©clar√© qu’il ne faisait que diffuser des informations dans la presse allemande sur les pressions exerc√©es sur la Pologne pour qu’elle ouvre la fronti√®re. Il a imput√© aux passeurs et √† d’autres pays, dont la Pologne, la responsabilit√© de la situation d√©plorable dans laquelle se trouvent les migrants, affirmant qu’il essayait simplement d’aider les demandeurs d’asile.

Rawanduzy, 42 ans, se d√©crit comme un militant de l’immigration et un ancien r√©fugi√© qui a quitt√© l’Irak en 2009, deux ans apr√®s avoir √©t√© bless√© dans un attentat suicide √† Erbil.

Faraj est toujours furieux d’avoir suivi son conseil, en retournant une seconde fois √† la fronti√®re depuis Minsk. ¬ę¬†Tout le monde le conna√ģt et tout le monde le suit¬†¬Ľ, a-t-il dit, ajoutant : ¬ę¬†Karwan nous a tous tromp√©s sur Facebook.¬†¬Ľ

Rawanduzy, propri√©taire d’un restaurant, a d√©clar√© qu’il ne devait ¬ę¬†ni regretter ni se sentir coupable¬†¬Ľ √† cause de ceux qui ont √©t√© convaincus par ses messages. ¬ę¬†Le gouvernement irakien et kurde devrait avoir ces regrets √† cause de tout ce qui pousse les gens √† s’√©chapper.¬†¬Ľ

Article précédentPourquoi des douleurs pendant les rapports sexuels : causes courantes
Article suivantComment associer le vin √† la nourriture pour une exp√©rience digne d’un livre d’histoires ?
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !