Accueil Dernières minutes ! Economie Comment les entreprises du Top 500 de l’ECE se sont comportées pendant...

Comment les entreprises du Top 500 de l’ECE se sont comportées pendant la pandémie. La Pologne, la République tchèque et la Hongrie figurent parmi les trois premiers pays.

203
0

La 13e enquête ECE Top 500 analyse l’activité économique de la région en 2020 et souligne les principales tendances régionales. En outre, l’étude décrit la situation des 500 plus grandes entreprises de la CEE en termes de chiffre d’affaires.

Cette édition décrit les défis actuels dans le contexte de la pandémie de Covid-19, et la manière dont les entreprises se sont adaptées à cette nouvelle situation. Jarosław Jaworski, PDG de Coface Central and Eastern Europe, explique :  » Les économies des PECO se sont adaptées à l’environnement pandémique, mais cette situation positive est remise en question par la perspective mondiale et européenne.

Les 500 plus grandes entreprises d’Europe centrale et orientale ont été confrontées à une baisse de leurs revenus et à une chute encore plus marquée de leurs bénéfices en 2020. » Le chiffre d’affaires des 500 premières entreprises a diminué de 3,3 % pour atteindre 667 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires moyen s’est contracté à 1 333 millions d’euros, contre 1 378 millions d’euros en 2019, ce qui montre l’impact de la pandémie sur la région ainsi que sa résilience et son potentiel de croissance.

Quels sont les pays leaders dans la région CEE

La Pologne est à nouveau sur la plus haute marche du podium dans les deux catégories – par le nombre d’entreprises (32,2% de toutes les entreprises) mais aussi dans le classement par pays. Même si la pandémie a eu un impact sur les entreprises polonaises (161 entreprises polonaises dans le top, soit 2 de moins que l’année dernière), les entreprises polonaises sont les plus importantes de la région, avec un chiffre d’affaires moyen de 1,6 milliard d’euros. En outre, les recettes globales ont diminué de 0,1 % pour atteindre 258,2 milliards d’euros en 2020, tandis que le bénéfice net a chuté de 20,6 %.

La Pologne est le pays le plus diversifié sur le plan économique dans la région des PECO, le secteur le plus important étant celui des minéraux, des produits chimiques, du pétrole, des plastiques et des produits pharmaceutiques (avec un chiffre d’affaires de 21,6 %), qui représente 16,8 % du nombre total d’entreprises. La deuxième place est occupée par la République tchèque avec 15,4 % de toutes les entreprises de la région, soit 77 entreprises réalisant un chiffre d’affaires global de 102 milliards d’euros.

Le secteur de l’automobile et des transports est le plus grand secteur du pays, avec un chiffre d’affaires global de 35,5 milliards d’euros (représentant 34,8 % du chiffre d’affaires total) et 24,7 % du nombre total d’entreprises.

La troisième place est occupée par la Hongrie qui compte 68 entreprises dans le top (5 de moins que l’année dernière), soit 13,6% du total des entreprises. Le chiffre d’affaires des entreprises hongroises a légèrement diminué de 1,1 %, mais la perte de bénéfice net a atteint 49,6 %. Le premier secteur est celui de l’automobile et des transports, qui domine le marché tant en termes de chiffre d’affaires (22,7%) que de nombre d’entreprises (23,5%). Les trois premiers pays représentent 61,2 % de toutes les entreprises du classement.

Les trois plus grands secteurs génèrent près de 54 % du revenu total.

Les trois plus grands secteurs, connus des éditions précédentes du classement, sont toujours en tête et génèrent près de 54 % du revenu total. Cette année, la première place est occupée par le secteur des minéraux, de la chimie, du pétrole, des plastiques et des produits pharmaceutiques, qui a traditionnellement été le plus important dans le Top 500 de la CEE au fil du temps. Malgré un chiffre d’affaires en baisse, il est devenu le secteur le plus important, avec un revenu global de 133,9 milliards d’euros en 2020 et 89 entreprises (17,8 %) dans le peloton de tête. Toutefois, le secteur a connu la plus forte baisse du nombre d’entreprises, soit -8 entreprises en une seule année. Les entreprises de ce secteur ont connu une baisse plus faible de leurs recettes, de -16,6 %, contre une baisse de leur bénéfice net de -60,6 %.

Le secteur de l’automobile et des transports occupe la deuxième place avec 84 entreprises (16,8%, soit 5 de moins que lors de l’édition précédente). Les revenus de ces entreprises ont diminué (-9,7%), tandis que le bénéfice net a baissé encore plus (-61,3%). En raison des restrictions Covid-19 et, en particulier, de la pénurie de semi-conducteurs, les ventes de véhicules neufs ont chuté de 13,8 % dans le monde et de 20,2 % en Europe.

Toutefois, le secteur automobile reste compétitif dans la région des PECO et se trouve déjà en bonne position grâce aux investissements des années précédentes. En troisième position se trouve le secteur du commerce non spécialisé, représenté par 70 entreprises (3 de moins que l’année précédente). La Pologne, le plus grand marché de consommation dans la région de l’ECO, a la plus grande part (35,7 %) et aussi les plus grands acteurs : les détaillants Jeronimo Martins Polska et Eurocash.

Selon Jarosław Jaworski, directeur général de Coface Central and Eastern Europe,  » la croissance dans les PECO a été soutenue par la consommation des ménages, qui a commencé à se redresser au second semestre 2020 grâce à l’amélioration de la situation sur le marché du travail « . La croissance des salaires et les pénuries de main-d’œuvre ont rebondi rapidement, ce qui a exercé une pression sur les marges. En conséquence, le chiffre d’affaires des plus grandes entreprises du secteur a augmenté pour atteindre 102 milliards d’euros (+9,6 % ; la plus forte croissance parmi tous les secteurs), tandis que les entreprises ont également réussi à enregistrer des bénéfices nets plus élevés, bien que relativement modestes (+2,7 %). »

Deux nouvelles entrées dans le top 10

Les trois premières entreprises du classement ECE Top 500 sont connues des éditions précédentes. PKN Orlen reste invaincu à la première place, cependant, le chiffre d’affaires a chuté de 23% en 2020 après une augmentation de 1% en 2019. La société tchèque Skoda Auto occupe la deuxième place, toujours grâce à la croissance de son chiffre d’affaires, et Jeronimo Martins est passé à la troisième place. La plupart des entreprises du top 10 ont enregistré un chiffre d’affaires inférieur au cours de l’année de crise 2020 par rapport à l’année précédente. Seules deux entreprises (Jeronimo Martins et PGE) ont enregistré des revenus supérieurs de 10 % et 22 % respectivement.

Les Polonais d’Also (grossistes en ordinateurs, électronique et logiciels) se sont classés au 124e rang, gagnant 345 places, grâce à une augmentation de 194 % de leur chiffre d’affaires. La société hongroise Apcom (270e) a gagné 204 places et Amazon Fulfillment (250e), qui exploite neuf entrepôts Amazon en Pologne, a généré 64 % de revenus supplémentaires par rapport à l’année précédente, gagnant ainsi 228 places dans le classement. Les plus grandes entreprises étaient des employeurs importants dans la région. Bien que l’impact de la pandémie ait entraîné un ralentissement du marché du travail, celui-ci s’est avéré temporaire. Une fois de plus, il s’avère difficile d’embaucher du personnel qualifié dans la région CEE.  » Le nombre total d’employés a légèrement diminué de 1,0 % en 2020 « , a déclaré Grzegorz Sielewicz, économiste régional de Coface CEE.

Article précédentPwC : le travail à distance a augmenté l’épuisement professionnel, générant un nombre record de démissions au niveau mondial
Article suivantApple a indiqué aux employés qu’ils pouvaient discuter des salaires, des heures travaillées et des conditions de travail.
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !