Accueil Dernières minutes ! Internationales Comment les délégations américaine et russe se préparent aux négociations de Genève....

Comment les délégations américaine et russe se préparent aux négociations de Genève. Conseils d’experts

45
0

Après des discussions difficiles entre les présidents Joe Biden et Vladimir Poutine au sujet du renforcement des troupes russes à la frontière avec l’Ukraine, les deux parties insistent sur le fait qu’elles espèrent qu’une voie vers l’apaisement des tensions pourrait s’ouvrir lors des discussions diplomatiques prévues en janvier.

Mais à moins de deux semaines de la rencontre des hauts responsables américains et russes à Genève, le fossé est profond et la perspective de trouver une issue à la crise se complique. M. Biden a déclaré aux journalistes vendredi qu’il avait indiqué à M. Poutine, lors de leur entretien téléphonique de la veille, que les futurs pourparlers ne pourraient aboutir que si le dirigeant russe « désescalade, et non escalade, la situation » dans les jours à venir.

Le président américain a déclaré qu’il avait également tenté d’expliquer à M. Poutine que les États-Unis et leurs alliés étaient prêts à frapper la Russie de sanctions sévères si les Russes envahissaient l’Ukraine. L’équipe de sécurité nationale de M. Biden a porté son attention sur la préparation d’une réunion à Genève, prévue les 9 et 10 janvier, pour discuter du regroupement d’environ 100 000 soldats russes à la frontière avec l’Ukraine.

Les pourparlers de Genève, qui seront dirigés du côté américain par de hauts responsables du département d’État, seront suivis de réunions du Conseil Russie-OTAN et d’une réunion de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. M. Biden devait s’entretenir par téléphone dimanche avec le président ukrainien Volodimir Zelenski. Les deux dirigeants prévoient d’examiner les préparatifs des futurs engagements diplomatiques, selon la Maison Blanche. Le secrétaire d’État, Antony Blinken, s’est entretenu vendredi avec la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, et le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, au sujet de la préparation des futurs entretiens.

Lire aussi :  Poutine se proclameL'unique président de la Russie
Wendy Sherman et Sergei Riabkov conduiront les délégations.

« Les deux prochaines semaines vont être difficiles », a déclaré Daniel Fried, ancien ambassadeur des États-Unis en Pologne, qui a été l’un des principaux conseillers des présidents Obama, George W. Bush et Clinton pour l’Europe de l’Est. « L’administration Biden a fait un travail assez crédible pour façonner et encadrer les négociations. Mais le test le plus difficile est encore à venir, car Poutine continuera à nous mettre au défi pour voir à quel point nous sommes déterminés », a déclaré M. Fried. La secrétaire d’État adjointe Wendy Sherman et le vice-ministre des affaires étrangères Sergei Ryabkov conduiront les délégations américaine et russe aux pourparlers de Genève.

Conseils d’experts

À la suite de l’appel téléphonique entre M. Biden et M. Poutine, un groupe de 24 anciens responsables de la sécurité nationale des États-Unis et experts de la Russie – dont plusieurs fonctionnaires ayant servi sous les administrations Obama, George W. Bush et Clinton – a publié une déclaration demandant à M. Biden d’exposer publiquement les sanctions auxquelles la Russie s’exposerait si M. Poutine passait à l’action militaire. Parmi les signataires de la déclaration figurent plusieurs anciens ambassadeurs des États-Unis en Russie et en Ukraine : Daniel Fried, Michael McFaul, Alexander Vershbow, Steven Pifer et John Herbst.

« Nous pensons que les États-Unis devraient, en consultation étroite avec leurs alliés de l’OTAN et l’Ukraine, prendre des mesures immédiates pour affecter les calculs coûts-avantages du Kremlin avant que les dirigeants russes n’optent pour une nouvelle escalade militaire », écrit le groupe. « Une telle réponse comprendrait un ensemble de sanctions majeures et douloureuses qui seraient appliquées immédiatement si la Russie attaque l’Ukraine. L’idéal serait que les grandes lignes de ces sanctions soient communiquées à Moscou dès maintenant afin que le Kremlin ait une idée claire de l’ampleur du choc économique auquel il sera confronté », estiment les experts.

Lire aussi :  Rina Amiri, Afghan Sanvant, Envoyé spécial des États-Unis pour les droits des femmes en Afghanistan

Simon Miles, professeur spécialisé dans l’histoire de la guerre froide et enseignant à l’université de Duke, a déclaré que les États-Unis commettraient une erreur en laissant « la Russie déterminer unilatéralement le rythme de ce qui est sur le point de se produire ». « Tout ce que les États-Unis peuvent faire pour garder les Russes sur leurs talons est de ne pas laisser le Kremlin fixer l’agenda, il sera important d’obtenir une résolution favorable », a souligné Miles.

Les deux présidents ont pris le pouls

La discussion entre les deux dirigeants a également constitué un test. Avant l’appel, les forces aériennes américaines ont utilisé un avion de reconnaissance au-dessus de l’est de l’Ukraine pour recueillir des renseignements sur la mobilisation russe, une deuxième mission de ce type cette semaine. Les sources de la Maison Blanche ont décrit la discussion comme « sérieuse et substantielle » : sur certaines questions, un accord pourrait être trouvé, mais sur d’autres, les différences semblent difficiles à concilier. La partie russe affirme que des sanctions massives seraient une « erreur colossale » et que la Russie se comporterait comme les États-Unis si des armes offensives étaient placées près de ses frontières.

Article précédentCosmin Moldovan, OPPO Roumanie : Nous envisageons de conserver la garantie de 3 ans pour les prochains smartphones également.
Article suivantComment l’actrice de Verdict Murder a fini par épouser un acteur gay. L’histoire d’Angela Lansbury
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !