Accueil Internationales Comment l’Allemagne tente de concilier ch√®vre, chou et loup dans la crise...

Comment l’Allemagne tente de concilier ch√®vre, chou et loup dans la crise ukrainienne

83
0

Le pr√©sident russe Vladimir Poutine tente de modifier l’√©quilibre des forces en Europe et menace m√™me de faire la guerre. Jusqu’√† pr√©sent, le gouvernement allemand n’a pas offert de r√©ponse claire √† cette menace, √©crit Mathieu von Rohr, chef du d√©partement des affaires √©trang√®res de la publication allemande Der Spiegel, dans un √©ditorial.

Il existe un danger √©vident de guerre d’agression en Europe, mais le gouvernement allemand ne semble pas encore en √™tre conscient. Quelle autre explication pourrait-on donner √† l’inexplicable paralysie de Berlin face √† la Russie ?

C’est d’autant plus d√©concertant que l’Allemagne, en tant qu’√Čtat membre le plus important de l’Union europ√©enne, devrait jouer un r√īle cl√© dans cette crise. Mais elle est loin de s’acquitter de cette responsabilit√©. La Russie menace de faire la guerre √† l’Ukraine, et la r√©ponse du chancelier allemand Olaf Scholz a √©t√© une vague menace de ¬ę¬†cons√©quences¬†¬Ľ si Moscou d√©cide d’envahir le pays. Quel genre de cons√©quences ? Il n’a pas dit, souligne Mathieu von Rohr .

La raison de cette approche provisoire est claire : le gouvernement de coalition tripartite compos√© des sociaux-d√©mocrates (SPD) de M. Scholz, des lib√©raux-d√©mocrates (FDP) et des Verts ne s’est pas mis d’accord sur le type de mesures punitives. Et dans une situation aussi grave que celle qui se d√©veloppe √† la fronti√®re orientale de l’Ukraine, c’est une catastrophe, estime le chroniqueur.

Berlin, ¬ę¬†entre le marteau et l’enclume¬†¬Ľ.

L’Allemagne pourrait se retrouver dans une situation sans issue en cas d’invasion russe en Ukraine entre son principal fournisseur de gaz et ses plus importants alli√©s en mati√®re de s√©curit√©, note Reuters dans une analyse.

Le chancelier Olaf Scholz serait soumis √† des pressions de la part des √Čtats-Unis et d’autres alli√©s occidentaux pour r√©pondre √† une invasion en interrompant la mise en service du gazoduc Nord Stream 2, r√©cemment achev√©, qui transporte le gaz de la Russie vers l’Allemagne. Mais une telle d√©cision risquerait d’exacerber la crise du gaz en Europe, presque unanimement imput√©e √† une p√©nurie d’approvisionnement en provenance de Russie qui a provoqu√© une forte hausse des prix.

La hausse explosive des prix a durement touché les entreprises et les consommateurs de la région, en particulier les travailleurs à faibles revenus en Allemagne, dont les votes des sociaux-démocrates (SDP) de M. Scholz dépendent.

Lire aussi :  Cinq armes que la Russie pourrait utiliser pour attaquer l'Ukraine VID√ČO

¬ę¬†L’Allemagne est entre le marteau et l’enclume¬†¬Ľ, d√©clare Marcel Dirsus, de l’Institut de politique de s√©curit√© de l’universit√© de Kiel. ¬ę¬†Le gouvernement Scholz veut plaire aux Am√©ricains, qui sont les principaux alli√©s de l’Allemagne en dehors de l’Europe, mais il ne veut pas non plus contrarier les Russes. C’est difficile √† faire.¬†¬Ľ

Une invasion russe en Ukraine d√©clencherait tr√®s probablement de nouvelles sanctions internationales contre la Russie, les mesures contre Nord Stream 2 √©tant consid√©r√©es comme l’un des moyens de pression les plus puissants. Mais M. Scholz, qui a remplac√© Angela Merkel au poste de chancelier √† la fin de l’ann√©e derni√®re, est d√©j√† confront√© √† des dissensions au sein de sa coalition gouvernementale quant √† la port√©e des sanctions allemandes li√©es au Nord Stream 2 si la Russie attaque l’Ukraine.

Les Verts allemands, qui s’opposent aux combustibles fossiles, voudraient abandonner le projet, qui attend toujours l’approbation des autorit√©s r√©glementaires. Ils veulent √©galement envoyer un signal clair au pr√©sident russe Vladimir Poutine : les agressions √©trang√®res et les pratiques antid√©mocratiques dans le pays ne seront pas r√©compens√©es par des contrats gaziers.

Les d√©mocrates libres (FDP), favorables aux entreprises, ont √©galement indiqu√© qu’ils pr√©f√©raient une approche plus stricte vis-√†-vis de la Russie.

M. Scholz esp√®re trouver un compromis qui satisfasse √† la fois les partenaires de la coalition et les responsables de son parti, comme la ministre de la d√©fense Christine Lambrecht, qui a d√©clar√© que le Nord Stream 2 ne devait pas √™tre entra√ģn√© dans la crise ukrainienne.

Le pays de l’UE ayant la plus grande population et la plus grande √©conomie risque de para√ģtre divis√©, et Scholz risque de para√ģtre faible s’il ne fait pas preuve d’un leadership ferme dans cette crise.

¬ę¬†Scholz semble trop passif et absent¬†¬Ľ, d√©clare Gwendolyn Sasse, senior fellow √† Carnegie Europe, sugg√©rant que le social-d√©mocrate devrait essayer de jouer un r√īle plus important dans l’Union europ√©enne.

M. Scholz pourrait garder un Ňďil sur les sondages d’opinion montrant qu’environ 60 % des Allemands sont favorables √† Nord Stream 2, d√©clare Thorsten Benner du Global Public Policy Institute (GPPi).

Lire aussi :  Zelensky, message 77 ans apr√®s la d√©faite de l'Allemagne nazie : "Nous nous battons pour une nouvelle victoire et nous n'avons aucun doute sur le fait que nous gagnerons".

¬ę¬†Pour Scholz, il y a aussi un souci d’√©quit√© : les √Čtats-Unis sont un grand importateur de p√©trole brut russe, mais ne se sont pas engag√©s √† arr√™ter leurs importations, alors que l’Allemagne devrait abandonner Nord Stream 2¬†¬Ľ, ajoute Brenner.

Les prix de l’√©nergie en Allemagne ont augment√© de 69 % en d√©cembre par rapport √† d√©cembre 2020, et il est fort probable qu’une action militaire russe en Ukraine les fasse grimper encore plus.

Le gouvernement serait alors contraint d’accorder des subventions aux Allemands √† faibles revenus et aux entreprises dont la production d√©pend du gaz naturel, ce qui exercerait une pression suppl√©mentaire sur des finances publiques d√©j√† mises √† mal par la crise du coronavirus.

Selon Marcel Dirsus, il est peu probable que Scholz abandonne le projet, mais le chancelier pourrait imposer un moratoire sur Nord Stream 2 en cas d’invasion russe.

¬ę¬†Il s’agira d’une mesure destin√©e √† montrer aux Am√©ricains et aux autres alli√©s que l’Allemagne r√©agit, mais en m√™me temps, elle enverra un signal √† la Russie que le projet pourrait encore √™tre relanc√©¬†¬Ľ, estime le m√™me analyste.

Dans les milieux politiques allemands, toutes sortes de personnes ne parlent pas actuellement de ce que Berlin fera en r√©ponse √† une attaque russe. Ils se concentrent plut√īt sur ce qu’ils ne feront pas. Cela ne s’applique pas seulement aux politiciens appartenant √† des partis de coalition, mais aussi √† Friedrich Merz, qui devrait √™tre √©lu dans les prochains jours √† la t√™te de l’Union chr√©tienne-d√©mocrate (CDU), le principal parti d’opposition du pays. Le week-end dernier, il a exprim√© son opposition √† l’exclusion de la Russie du syst√®me mondial de paiement SWIFT, qui est l’une des sanctions potentielles les plus douloureuses qui ont √©t√© propos√©es, √©crit Mathieu von Rohr dans Der Spiegel.

Face √† une Allemagne faible et divis√©e, Moscou peut se sentir enhardi dans sa d√©marche actuelle. D’autant plus que la coalition au pouvoir compte d’√©minents apologistes des politiques agressives de la Russie.

Article pr√©c√©dentLa superbe Letizia a port√© une robe vieille de 45 ans qui appartenait √† sa belle-m√®re. L’allure de la Reine lors de la r√©ception au Palais Royal
Article suivantIonu»õ Radu, √©cras√© dans son premier match officiel. Les fans et la presse n’ont eu aucune piti√© pour le joueur de l’Inter.
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !