Accueil Dernières minutes ! Economie Citigroup va licencier ses employés non vaccinés. Quelles autres entreprises ont pris...

Citigroup va licencier ses employés non vaccinés. Quelles autres entreprises ont pris des mesures similaires

49
0

Les employés de la banque américaine Citigroup n’ont plus que vendredi pour se faire vacciner contre le covid-19 ou risquer le licenciement, rapporte Bloomberg, cité par news.ro.

Une très petite minorité d’employés pourrait être licenciée à la fin du mois, après avoir été placée en congé sans solde jusque-là.

Un jour avant l’expiration de l’ultimatum de la banque, 99% de ses employés ont obtempéré, a annoncé jeudi la directrice des ressources humaines du groupe de 70 000 employés, Sara Wechter, dans un post LinkedIn.

Les exemptions pour raisons médicales ou religieuses sont acceptées par la banque.

« Le dernier jour, nous nous attendons à ce que le nombre d’employés qui n’ont pas respecté les règles diminue encore plus », écrit Sara Wechter.

Lire aussi :  Apple offre à ses employés des primes pouvant atteindre 180 000 dollars. La raison

Citigroup est la première grande institution bancaire de Wall Street à mettre en œuvre les conséquences de la vaccination obligatoire.

Le groupe, basé à New York, a initialement justifié cette position par la décision de Joe Biden d’imposer la vaccination obligatoire à tous les employés travaillant dans le cadre de contrats gouvernementaux.

Cette disposition a été contestée en appel, mais Citigroup a néanmoins souhaité s’y conformer.

Citigroup n’est pas la première entreprise à licencier des employés non vaccinés aux États-Unis.

United Airlines a licencié 232 employés en octobre pour ne pas s’être fait vacciner.

Le PDG de United Airlines, Scott Kirby, s’est félicité du fait que 99,7 % des 67 000 employés américains de la compagnie se sont conformés à l’obligation de vaccination de la compagnie.

Lire aussi :  Le Salvador va inaugurer la Bitcoin City, initialement financée par des obligations en bitcoins d'un milliard de dollars

La société agroalimentaire Tyson Foods a adopté la même politique et a demandé à 120 000 employés américains de se faire vacciner avant le 1er novembre.

Elle a annoncé qu’elle avait atteint un taux de vaccination de 96 % parmi les employés.

Google semble vouloir faire de même.

La direction du géant technologique a envoyé un mémo aux employés américains en décembre pour les avertir que ceux qui ne se font pas vacciner avant le 18 janvier pourraient être licenciés.

Article précédentLe nouveau gouvernement tchèque de centre-droit obtient un vote de confiance au parlement.
Article suivantBSI n’a pu détecter aucun transfert ou filtrage de communication sur les terminaux de smartphones Xiaomi
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !