Accueil Dernières minutes ! Internationales Borrell et Blinken sont convenus de discuter des propositions russes sur la...

Borrell et Blinken sont convenus de discuter des propositions russes sur la sécurité européenne avec la participation de l’UE.

50
0

Les parties ont également discuté de la manière de contrer la pression économique exercée par la Chine sur les États-Unis et les pays de l’UE, avec une référence particulière à la situation en Lituanie.

Le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, et le secrétaire d’État américain, Anthony Blinken, ont discuté des initiatives russes en matière de sécurité européenne et sont convenus que toute consultation sur cette question devrait être menée avec la participation de l’Union européenne. C’est ce qui ressort d’une déclaration publiée mercredi par le service de politique étrangère de l’UE.

« Le Secrétaire d’État Blinken et le Haut Représentant Borrell ont pris note des propositions avancées par la Fédération de Russie la semaine dernière concernant les vues russes sur les nouveaux arrangements de sécurité en Europe. Ils ont souligné le partenariat solide entre les États-Unis et l’UE et leur engagement commun à relever les défis de la sécurité transatlantique et de la sécurité commune », indique le document. « Ils ont convenu que toute discussion sur la sécurité européenne se déroulera en coordination et avec la participation de l’UE. »
Les parties ont convenu d’utiliser diverses voies diplomatiques et « les forums internationaux et régionaux pertinents, tels que l’OSCE, pour relever ces défis ».
Le document note également que Borrell et Blinken ont discuté de « la concentration des forces russes près des frontières de l’Ukraine et ont une fois de plus déclaré leur soutien total à Kiev, appelant la Russie à respecter les accords de Minsk et à « assurer la désescalade ».
M. Borrell a également abordé ces questions mercredi avec le président en exercice de l’OSCE et la ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde.

Lire aussi :  Le chef des services de renseignement danois arrêté pour espionnage

L’UE et l’OTAN

Plus tôt dans la journée de mercredi, M. Borrell a publié une déclaration distincte dans laquelle il se félicite de l’offre de l’Alliance d’accueillir une réunion du Conseil OTAN-Russie (COR) sur les garanties de sécurité européennes.
Selon M. Borrell, « l’UE travaillera avec les États-Unis et l’OTAN pour veiller à ce que ses intérêts soient représentés dans toute discussion éventuelle avec la Russie sur les questions de sécurité européenne. » En outre, M. Borrell a réaffirmé que « l’UE et ses partenaires et alliés ont clairement indiqué qu’ils réagiraient de manière décisive à toute nouvelle violation de la souveraineté de l’Ukraine ».
« Dans le même temps, l’UE estime que le dialogue, la négociation et la coopération sont les seuls moyens de surmonter les différends et d’établir la paix. Toute véritable discussion sur les questions de sécurité en Europe doit se fonder sur les engagements de l’OSCE et de l’ONU, qui sont les véritables piliers de l’architecture de sécurité européenne, et qui doivent être renforcés et non dilués. Cette discussion doit être globale et prendre en compte les préoccupations et les intérêts de toutes les parties prenantes », a-t-il ajouté.
Mardi, le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, a déclaré que l’OTAN proposait à la Fédération de Russie d’organiser une réunion du Conseil Russie-OTAN au début de 2022 pour discuter de la situation en Ukraine. Il a également souligné que l’OTAN ne fera jamais de compromis avec la Russie sur le droit de l’Ukraine à « choisir sa propre voie » et à demander à rejoindre l’alliance, ainsi que sur le droit des États de l’OTAN à défendre le reste de l’alliance.

Lire aussi :  VIDEO| Emmanuel Macron : "Un sommet entre l'Union africaine et l'Union européenne aura lieu en février à Bruxelles".

La pression de la Chine

M. Borrell et M. Blinken ont également discuté au téléphone de la question de la lutte contre la pression économique exercée par la Chine sur les États-Unis et les pays de l’UE, notamment la Lituanie.
« La haute représentante de l’UE et le secrétaire d’État américain ont discuté des conséquences internationales croissantes des actions unilatérales de la Chine, qui compromettent gravement l’importation de marchandises non seulement en provenance de Lituanie, mais affectent également les entreprises d’autres pays de l’UE et des États-Unis », indique le communiqué. . M. Borrell a déclaré que tous les pays de l’UE « seront unis contre toute mesure de pression politique et toute menace à l’encontre d’un pays de la communauté ».
Les relations entre la Lituanie et la Chine sont en crise suite à l’ouverture d’une représentation taïwanaise à Vilnius le 18 novembre. En novembre, le gouvernement de la RPC a pris la décision de réduire les relations diplomatiques avec la Lituanie au niveau de chargé d’affaires et, le 26 novembre, a envoyé à la Lituanie une note sur le changement de statut de la mission diplomatique chinoise à Vilnius, d’ambassade à représentation de la RPC.
Pékin a également suspendu le fret ferroviaire vers la Lituanie, réduit la limite de crédit pour les entreprises lituaniennes opérant sur le marché chinois et suspendu la délivrance de permis d’exportation de produits alimentaires. Début décembre, la RPC a retiré la Lituanie de la base de données de son système douanier.

Article précédentOn a toujours le sentiment que Rafael Nadal a encore… », déclare un expert.
Article suivantUne sorcière, une employée à part entière du FC Porto. Payé une fortune pour prédire les matchs de l’équipe
Digital Nomad depuis 5 ans, en charge de la rédaction du site média The Inquirer, nous sélectionnons pour vous les dernières actualités économiques et internationales de manière indépendante et transparente !