Accueil Economie Black Sea Oil and Gas n’a pas d’assurance contre la guerre pour...

Black Sea Oil and Gas n’a pas d’assurance contre la guerre pour les champs de gaz Ana et Doina. « Vous ne pouvez pas vous adresser aux assureurs et demander cela. Nous prenons ces risques. »

124
0

Black Sea Oil and Gas (BSOG) n’a pas d’assurance de guerre sur les champs gaziers d’Ana et de Doina, rĂ©cemment mis en service, mais le projet avance, a dĂ©clarĂ© mardi le PDG de la sociĂ©tĂ©, Mark Beacom.

Il assistait à une cérémonie à Vadu, dans le comté de Constanta, pour marquer le début de la production de gaz au projet Midia, exploité par Black Sea Oil & Gas. Le premier gaz provenant de ces périmÚtres est entré dans le systÚme national le 15 juin, rapporte Agerpres.

A la question de savoir si le projet dispose d’une assurance pour cela, il a rĂ©pondu par la nĂ©gative.

« Nous n’avons pas d’assurance. On ne peut pas avoir d’assurance quand on opĂšre prĂšs d’une . Vous ne pouvez pas aller voir les assureurs et leur demander ça. Nous prenons donc ces risques », a soulignĂ© le responsable de l’entreprise.

Lire aussi :  Orange et Vodafone ont discutĂ© d'une fusion entre Ă©gaux, mais ont abandonnĂ© le projet en raison de l'opposition de l'État français.

À la question de savoir si BSOG allait abandonner les poursuites contre l’État roumain concernant certaines dispositions de la loi sur l’offshore, qui sont toujours en vigueur, il a rĂ©pondu qu’il n’avait pas encore pris de dĂ©cision Ă  ce sujet.

Pour sa part, Gabriel Comănescu, PDG de Grup Servicii Petroliere, la sociĂ©tĂ© qui a construit le projet, a soulignĂ© qu’il s’agit du plus grand projet d’infrastructure rĂ©alisĂ© en Roumanie au cours des 30 derniĂšres annĂ©es.

C’Ă©tait un projet compliquĂ©. La premiĂšre ingĂ©nierie a commencĂ© en 2019, la pose du pipeline sur terre et en mer a durĂ© 90 jours, et la prĂ©paration a commencĂ© un an Ă  l’avance. La plateforme en mer n’a pas d’opĂ©rateurs humains, il s’agit juste de maintenance ou d’intervention en cas de besoin « , a dĂ©clarĂ© Comănescu.

Lire aussi :  Nationalisation de la plus grande entreprise Ă©nergĂ©tique de France : Combien l'État paie-t-il pour les actions d'EDF ?

Selon lui, le projet BSOG est un grand pas vers la réduction de la dépendance aux importations de gaz.

« C’est un projet rĂ©alisĂ© Ă  95% par la SPG. De mon point de vue, c’est le plus grand projet d’infrastructure de ces 30 derniĂšres annĂ©es, sur mesure, tout neuf. C’est fait sur nos propres forces, par une sociĂ©tĂ© roumaine. Nous sommes passĂ©s d’un Trabant Ă  une Mercedes Classe S », ajoute Comănescu.

Lire aussi : Ciucă : début de la production de gaz dans le projet de développement gazierLe gaz naturel Midia, un moment historique. Il produira un milliard de mÚtres cubes par an.

Article prĂ©cĂ©dentLa police a apprĂ©hendĂ© le suspect de la fusillade de Chicago. Qui est l’homme accusĂ© d’avoir tuĂ© six personnes lors de la parade du 4 juillet. Moment de l’arrestation VIDEO
Article suivantL’offre incroyable du PSG Ă  Vinicius Jr. Ce que les Français lui ont offert pour l’arracher au Real Madrid
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pùtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !