Accueil Divertissements Sport Bicfalvi, prisonnier de problèmes financiers en Russie. Déclarations sur le cauchemar que...

Bicfalvi, prisonnier de problèmes financiers en Russie. Déclarations sur le cauchemar que vivent les étrangers

189
0

En raison du retrait des banques russes des systèmes financiers internationaux, les transactions ne peuvent plus être effectuées, et les acteurs étrangers ne peuvent plus envoyer d’argent chez eux. Pour cette raison, beaucoup d’entre eux ont quitté la au cours de cette période, y compris Ural Ekaterinburg, l’équipe pour laquelle Eric Bicfalvi joue.

Malgré les problèmes, le président d’Ural affirme qu’Eric Bicfalvi continuera en Russie.

Cependant, le président du club, Grigory Ivanov, est convaincu que cela ne se produira pas avec le milieu de terrain roumain de 34 ans. Bicfalvi est le capitaine de l’Ural et l’un des meilleurs joueurs de l’équipe.

Ivanov affirme que malgré ces problèmes, l’ambiance dans l’équipe est bonne. Le club s’efforce également de soutenir les joueurs étrangers et prend des mesures pour résoudre au plus vite ce problème extrêmement désagréable.

Quatre étrangers sont déjà partis. Bicfalvi reste. C’est ce qu’ils disent ! C’est notre capitaine, il joue match après match. Pourquoi serait-il parti ? L’ambiance dans l’équipe est bonne, nous surmonterons les problèmes ensemble.

Maintenant, nous continuons à envoyer des lettres à la Banque centrale. Les footballeurs étrangers ne peuvent pas envoyer d’argent à leurs familles, nous devons trouver une solution. Ce n’est pas facile, nous ne savons pas ce qui se passera la saison prochaine.

J’espère que le gouvernement et la fédération nous aideront, seront avec nous. On ne peut pas arrêter le championnat. Maintenant, plus que jamais, le peuple de Russie a besoin de notre football », a déclaré le président du club de l’Oural selon sport24.ru.

La guerre peut profiter à l’Oural

Cette situation désagréable peut également avoir des effets bénéfiques pour l’équipe d’Eric Bicfalvi. L’Ural Ekaterinburg est actuellement à la 13e place en Russie, une position qui enverrait l’équipe à un barrage pour rester en première ligue à 9 tours de la fin.

Lire aussi :  La meilleure chose pour Rafael Nadal après l'Open d'Australie est...", dit Bjorn Borg.

Sauf que dans le contexte actuel en Russie, il est envisagé de faire passer le nombre d’équipes en première ligue de 16 à 20. Il est évident que les responsables de l’Ural, par la voix du président Grigory Ivanov, soutiennent cette approche afin que leur équipe échappe à la relégation cette saison.

INTERVIEW EXCLUSIVE. Eric Bicfalvi, après 3 ans en Ukraine et 5 ans en Russie. « Les États-Unis et l’Europe de l’Ouest font monter la tension ! »

Article précédentLes données de connexion de plus de 100 000 utilisateurs de Facebook volées par une application Play Store
Article suivantL’Allemagne veut réduire de moitié ses importations de pétrole en provenance de Russie. « D’ici la fin de l’année, nous avons l’intention d’être presque indépendants »
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !