Accueil Santé 40 % des habitants de la planète sont en surpoids et la...

40 % des habitants de la planète sont en surpoids et la moitié de la population souffre de malnutrition REPORTAGE

119
0

Près de la moitié de la population mondiale souffre d’une forme de malnutrition, avec des conséquences désastreuses pour la santé et la planète, souligne un rapport publié mardi par les Nations unies et cité par l’AFP.

Le rapport annuel sur la nutrition dans le monde (GNR), dont les données proviennent d’organisations telles que l’ONU, la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), indique que 48 % des personnes mangent actuellement trop ou pas assez, selon Digi24.

Au rythme actuel, le monde ne parviendra pas à atteindre huit des neuf objectifs nutritionnels fixés par l’OMS pour 2025, notent les organisations.

Il s’agit notamment de réduire l’émaciation (lorsque les enfants sont trop maigres pour leur taille) et le retard de croissance (lorsque les enfants sont trop petits pour leur âge) chez les enfants, ainsi que l’obésité chez les adultes.

Lire aussi :  Des vitamines essentielles pendant la saison froide. Voici comment rester en bonne santé et plein d'énergie pendant les saisons froides.

Le rapport estime que près de 150 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance, que plus de 45 millions sont émaciés et que près de 40 millions sont en surpoids, rapporte Agerpres.

Dans le même temps, plus de 40 % des hommes et des femmes dans le monde, soit environ 2,2 milliards de personnes, sont en surpoids ou obèses, selon le rapport.

« Les décès évitables dus à une nutrition inadéquate ont augmenté de 15% depuis 2010 », représentant désormais « un quart de tous les décès d’adultes », a déclaré Renata Micha, présidente du groupe d’experts indépendants du GNR.

Lire aussi :  Cancer de la prostate : 6 conseils pour améliorer le sommeil

Selon le rapport du GNR, les gens ne consomment pas les quantités recommandées d’aliments favorables à la santé tels que les fruits et les légumes. Et, comme prévu, la consommation de ces aliments est la plus faible dans les pays à faible revenu.

En revanche, les pays à revenu élevé consomment les aliments les plus nocifs pour la santé, tels que la viande rouge, les produits laitiers et les boissons sucrées. Ces pays comptent également le plus grand nombre de personnes en surpoids, notent les experts.

En plus de perturber les systèmes alimentaires et sanitaires, la pandémie de COVID-19 a plongé 155 millions de personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté.

Article précédentSES va lancer deux satellites de télévision et de données pour l’Europe
Article suivantQuand faut-il manger plus de graisses saines ? Les signaux que votre corps vous envoie
Nouvelle journaliste chez The Inquirer, adepte des jeux vidéos, et de la pâtisserie dans la vie de tous les jours, je vous partage ici mes actualités que je juge importantes de relayer !